JavaScript requis

Le site web de P4H est conçu pour fonctionner au mieux avec Javascript activé. Veuillez l'activer dans votre navigateur. Si vous avez besoin d'aide, consultez https://www.enable-javascript.com/

Hongrie - P4H Network
Current Health Expenditure (CHE) as % Gross Domestic Product (GDP)7.4%CHE/GDP
Out-of-pocket (OOPS) spending as % of Current Health Expenditure (CHE)24.6%OOP/CHE
Domestic General Government Health Expenditure (GGHE-D) as % General Government Expenditure (GGE)11%GGHE-D/GGE
Gross Domestic Product (GDP), in constant (2020) US$ per capita182BGDP (USD)
Population in thousands (K), millions (M) or billions (B)9.7MPopulation
Incidence of Catastrophic Health Spending at 10% Threshold (SDG 3.8.2) Total12.3%Catastrophic Health Spending
Self-reported unmet need for medical care by sex (Total)0.8%Unmet Needs - Total
Self-reported unmet need for medical care by sex (Female)1.4%Unmet Needs - Female
Self-reported unmet need for medical care by sex (Male)0.8%Unmet Needs - Male

Protection sociale et financement de la santé en Hongrie

La Hongrie compte une population de
9,7 millions d’habitants
de personnes (2021). Les PIB par habitant à 36 773 Int$est inférieur de 25% à la moyenne de l’Union européenne (UE) à 49 024 Int$ (2021). Dépenses courantes de santéexprimée en pourcentage du PIB, a connu une tendance générale à la baisse en Hongrie entre 2003 (8,12 %) et 2019 (6,3 %) et a toujours été inférieure à la moyenne de l’UE, qui est restée égale ou supérieure à 9 % depuis 2003.. Alors que les dépenses de santé par habitant n’ont cessé d’augmenter, tant en Hongrie (de 803 Int$ en 2000 à 2 408 Int$ en 2020) que dans l’UE (de 1 815 Int$ en 2000 à 4 762 Int$ en 2020),
Les dépenses de santé de la Hongrie
ont été inférieures de moitié à la moyenne de l’UE au cours des deux dernières décennies.

Protection sociale de la santé et modalités de financement de la santé

Les transferts gouvernementaux et les contributions obligatoires des employeurs et des employés représentent les deux tiers de l’ensemble des dépenses de santé (68,3 %), ce qui indique des niveaux élevés de dépenses directes..
Les dépenses directes
En Hongrie, le pourcentage des dépenses courantes de santé s’est maintenu entre 25 et 29 % de 2000 à 2019, dépassant largement la moyenne stable de l’UE, qui est d’environ 16 % des dépenses courantes de santé pour cette période. Les taux de prise en charge ont diminué en 2020 en raison des dépenses publiques supplémentaires liées à la pandémie.

Assurance maladie sociale : couverture, lacunes et nouveaux projets

Le système de santé hongrois dispose d’une caisse d’assurance maladie unique et est fortement centralisé. Les
caisse d’assurance maladie
assure la couverture des soins de santé à la quasi-totalité des résidents. Le fonds est administré par l’Institut national de gestion du fonds d’assurance maladie, une organisation gouvernementale qui opère sous le contrôle direct du ministère des Capacités humaines depuis 2017. Les me ministère a l’exclusivité Le pouvoir de définir une orientation stratégique, de contrôler le financement, de déterminer les avantages sociaux, et d’émettre et d’appliquer des réglementations. Les cotisations des employeurs font partie d’un impôt social plus large, qui couvre également le fonds de pension. Les citoyens et les étrangers qui travaillent dans le pays sont tenus de s’affilier au système national d’assurance maladie sociale (SHI), ce qui garantit que 95 % d’entre eux bénéficient d’une couverture, tandis que 5 % ont un statut incertain. La plupart des dépenses hospitalières sont financées par l’État, bien que la couverture des soins médicaux ambulatoires, des produits pharmaceutiques en ambulatoire, des dispositifs médicaux et des soins dentaires soit plutôt limitée..

La Hongrie dispose d’un solide système de données et d’informations sanitaires grâce à son nuage national de santé en ligne, qui a permis de prendre des décisions fondées sur des données probantes pendant la pandémie. La Hongrie prévoit d’investir massivement dans son système de santé jusqu’en 2026, en utilisant les subventions de l’UE pour renforcer les soins primaires, réduire sa forte dépendance à l’égard des hôpitaux et augmenter les salaires des médecins afin de conserver le personnel de santé.