JavaScript requis

Le site web de P4H est conçu pour fonctionner au mieux avec Javascript activé. Veuillez l'activer dans votre navigateur. Si vous avez besoin d'aide, consultez https://www.enable-javascript.com/

Népal - P4H Network
Current Health Expenditure (CHE) as % Gross Domestic Product (GDP)5.4%CHE/GDP
Out-of-pocket (OOPS) as % of Current Health Expenditure (CHE)51.3%OOP/CHE
Domestic General Government Health Expenditure (GGHE-D) as % General Government Expenditure (GGE)6.5%GGHE-D/GGE
Gross Domestic Product (GDP), in constant (2020) US$ per capita36.2KGDP (USD)
Population (in thousands)30MPopulation
Incidence of Catastrophic Health Spending at 10% Threshold (SDG 3.8.2) Total10.7%Catastrophic Health Spending

Le Népal dispose d’un système de financement de la santé mixte qui correspond au système de prestation des soins de santé. Il comprend les programmes de santé financés par le gouvernement pour les services de santé de base, les services tertiaires basés sur l’assurance et les services de santé privés financés par les dépenses personnelles.

Les services fournis par les établissements publics sont souvent de qualité douteuse en raison de l’insuffisance des fournitures médicales et des ressources humaines. Cela incite de nombreuses personnes à opter pour des soins de santé privés, quel que soit leur statut économique.

Les médicaments d'ordonnance sont la principale composante des dépenses courantes de santé (DCS).

En 2020, les dépenses de santé du Népal représentaient 5 % du PIB.. Les dépenses de fonctionnement ont représenté 54 % du THE, tandis que 30 % du THE provenaient des dépenses publiques. Plus des deux tiers des dépenses totales de fonctionnement sont consacrées aux produits pharmaceutiques et aux fournitures médicales. Les coûts des soins de santé dans les hôpitaux représentent 20,8 % du total des dépenses de fonctionnement, dont 80 % dans les hôpitaux privés. Au Népal, près d’un demi-million de personnes passent chaque année sous le seuil de pauvreté à cause des dépenses de santé..

Le secteur de la santé népalais a été partiellement dépendant de l’aide extérieure, mais cette dépendance diminue progressivement. Entre 2000 et 2020, la part de l’aide extérieure dans le CHE est passée de 21,5 % à 11 %.

Défis et opportunités de l'espace fiscal pour le financement de la santé au Népal

De nombreuses initiatives gouvernementales ont conduit à une augmentation des dépenses publiques en matière de santé et à des programmes ciblés pour les personnes vivant dans la pauvreté. Ces initiatives ont permis de réduire les dépenses de santé des ménages. Dans les années à venir, la marge de manœuvre budgétaire pour le financement de la santé au Népal devrait bénéficier de la croissance économique, de l’augmentation des revenus des ménages et des recettes fiscales du gouvernement. Cette croissance permettra d’augmenter les dépenses de santé de la population si les trois niveaux de gouvernement – fédéral, étatique et local – accordent la priorité au secteur de la santé.

Réunion parallèle de l'ACGA - financement des soins de santé primaires dans la région de l'Asie du Sud-Est
ACTUALITéS |

Réunion parallèle de l’ACGA – financement des soins de santé primaires dans la région de l’Asie du Sud-Est

Bangladesh, Bhoutan, Corée (République populaire démocratique de), Inde, Indonésie, Maldives, Myanmar, Népal, Sri Lanka, Thaïlande, Timor-Leste