JavaScript requis

Le site web de P4H est conçu pour fonctionner au mieux avec Javascript activé. Veuillez l'activer dans votre navigateur. Si vous avez besoin d'aide, consultez https://www.enable-javascript.com/

Évaluation de l'état actuel de la décentralisation du système de santé des districts - P4H Network

Évaluation de l’état actuel de la décentralisation du système de santé des districts

Ce rapport présente les résultats d’une évaluation du système de santé décentralisé du district qui a été réalisée par le ministère de la Santé et de la Population (MOHP) entre le 21 et le 31 mai 2018. L’évaluation a été conçue principalement pour mesurer les progrès réalisés par les conseils de district dans la résolution des problèmes liés au système de santé et des lacunes identifiées par les consultants en 2015, tout en prêtant attention aux principes de dévolution préconisés dans la politique nationale de décentralisation (1998) et la loi sur le gouvernement local (1998), qui comprennent la dévolution des pouvoirs, des fonctions, des responsabilités, des ressources humaines et des budgets aux districts, ainsi que la promotion de la participation de la population et de la gouvernance démocratique dans la prestation des services de santé. Plus précisément, l’évaluation a été conçue pour mesurer la mesure dans laquelle les conseils de district sont en mesure de gérer les fonctions de prestation de services de santé entièrement dévolues et d’identifier les domaines nécessitant un soutien supplémentaire.
Afin de contribuer à la redéfinition de la feuille de route pour la décentralisation, le MOHP a l’intention d’utiliser les conclusions de ce rapport pour élaborer des directives opérationnelles pour la gestion de la décentralisation complète du système de santé du district, à l’intention des conseils et des parties prenantes. Il est prévu que ces lignes directrices opérationnelles donnent forme au processus de décentralisation du système de santé et qu’elles attirent l’attention et le soutien nécessaires de la part des parties prenantes concernées à tous les niveaux.

Recommandations
Sur la base des résultats de cette évaluation, les recommandations suivantes sont proposées pour une mise en œuvre harmonieuse d’un système de santé de district entièrement décentralisé.

Le ministère de la santé devrait élaborer des lignes directrices opérationnelles sur la gestion des fonctions dévolues afin de guider la direction des conseils, le personnel et toutes les parties prenantes, et faire pression pour obtenir le soutien nécessaire de l’échelon central.

Le MoLG&RD et l’OPC devraient créer conjointement un comité de décentralisation au niveau national pour accélérer les questions de décentralisation, de préférence sous la présidence de l’OPC, et son secrétariat devrait être basé au MOLGRD. La commission devrait être chargée de piloter, de coordonner, de suivre et d’évaluer la déconcentration, comme l’a fait le Secrétariat à la décentralisation dans le passé.

Le MoLG&RD devrait élaborer une stratégie d’IEC/de communication bien définie sur la déconcentration, car certaines personnes ne savent pas grand-chose sur la déconcentration. Cela pourrait peut-être constituer un autre mandat du groupe de travail/comité mentionné au point 2 ci-dessus.

Le MoLG&RD et l’OPC devraient mettre en place un système de S&E spécifique à la décentralisation pour suivre la dévolution, fournir des informations en temps utile et organiser des évaluations périodiques, des examens et un retour d’information à tous les ministères et aux parties prenantes concernées, faute de quoi de nombreuses personnes ne savent pas ce qui se passe en matière de dévolution. Cela pourrait peut-être constituer un autre mandat du groupe de travail/comité mentionné au point 2 ci-dessus.

L’OPC, dans le cadre du programme de réforme du secteur public, devrait fournir l’impulsion nécessaire et visible pour guider et faciliter une approche bien définie et progressive de la décentralisation totale, en tenant compte des problèmes et des lacunes qui existent dans les conseils de district et les conseils urbains. Ce point est également essentiel.

Le ministère du Travail et des Affaires sociales, avec l’aide d’autres ministères, devrait reprendre la formation et le renforcement des capacités du personnel clé des conseils en ce qui concerne la gestion des fonctions dévolues, car certains d’entre eux ne sont pas sûrs de cet aspect.

Le MoLG&RD, le LASCOM et le DHRMD devraient conjointement faciliter le pourvoi des postes clés au sein du Conseil, par exemple le poste de directeur de la santé et des services sociaux qui est resté vacant pendant plus de 10 ans.

Le MoLG&RD, le LASCOM, le DHRMD et les organismes apparentés devraient s’efforcer de réaligner et d’harmoniser l’ensemble du personnel du secteur et leurs grades dans tous les conseils de district afin de créer une hiérarchie et un environnement propices à la prise et à l’adoption de décisions, au flux d’informations, à l’établissement de rapports, au retour d’information et à la responsabilisation, ainsi qu’à une véritable productivité du service public.

Le MoLG&RD, le LASCOM et le DHRMD devraient accélérer la nomination des directeurs de la santé et des services sociaux dans tous les conseils de district et de ville.