JavaScript requis

Le site web de P4H est conçu pour fonctionner au mieux avec Javascript activé. Veuillez l'activer dans votre navigateur. Si vous avez besoin d'aide, consultez https://www.enable-javascript.com/

Travailler peu et travailler longtemps : les soins de santé primaires peuvent-ils être protégés en tant que bien public au Liban aujourd'hui ? - P4H Network

Travailler peu et travailler longtemps : les soins de santé primaires peuvent-ils être protégés en tant que bien public au Liban aujourd’hui ?

Le conflit prolongé au Liban a constitué une menace pour le système de santé publique et le réseau public de soins de santé primaires (PHCN) dans le pays, aggravée aujourd’hui par la pandémie COVID 19. Cet article examine les défis que le COVID 19, la guerre civile et la crise des réfugiés syriens ont posés au système de santé libanais et à son financement. Les auteurs affirment que ces chocs ont conduit le PHCN à développer des mécanismes de résilience afin de garantir un espace pour les prestations de soins de santé qui sont aujourd’hui publiques au Liban.

L’article se penche sur la manière dont le passé conflictuel du Liban et les chocs plus récents tels que la crise économique et l’explosion de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth ont affecté la capacité du PHCN à répondre de manière pertinente à la pandémie de COVID 19. Cette évolution a été facilitée en grande partie par le département des soins de santé primaires du ministère de la santé publique, soutenu par une série d’acteurs locaux et internationaux qui ont créé un espace de collaboration financière et administrative.

Les auteurs concluent que dans un État fragile et touché par un conflit comme le Liban, l’accès public aux soins de santé primaires pourrait persister pour la population comme une sauvegarde, dans laquelle la continuité sociale et morale peut être ancrée pour protéger le sens du bien public.

Référence
Publié le 07 Apr 2021