JavaScript requis

Le site web de P4H est conçu pour fonctionner au mieux avec Javascript activé. Veuillez l'activer dans votre navigateur. Si vous avez besoin d'aide, consultez https://www.enable-javascript.com/

Le ministère malaisien de la santé lance un projet d'assurance maladie nationale avec contribution des employés, des employeurs et du gouvernement - P4H Network

Le ministère malaisien de la santé lance un projet d’assurance maladie nationale avec contribution des employés, des employeurs et du gouvernement

La Malaisie étudie la possibilité de mettre en place un régime national d’assurance maladie financé par les employés, les employeurs et le gouvernement. Ce régime sera “géré par le gouvernement, à but non lucratif, et s’appuiera sur la philosophie du partage des responsabilités”, explique le Dr Zaliha Mustafa, ministre de la santé.

Le ministère de la santé de Malaisie (MOH) travaille à l’introduction d’un régime national d’assurance maladie avec des contributions des employés, des employeurs et du gouvernement dans le cadre des efforts de réforme du financement des soins de santé.

Dans son discours de clôture sur le Supply Bill 2024 lundi dernier, la ministre de la santé, le Dr Zaliha Mustafa, a déclaré qu’il s’agissait de l’un des mécanismes étudiés par le ministère de la santé pour diversifier le financement des soins de santé.

“Le ministère observe et évalue divers mécanismes de financement de la santé, y compris la possibilité de mettre en place un régime contributif progressif, c’est-à-dire une assurance maladie sociale ou nationale, avec des contributions des employés, des employeurs et du gouvernement”, a déclaré le Dr Zaliha aux parlementaires.

“Il s’agit donc d’une assurance gérée par le gouvernement, à but non lucratif, qui repose sur la philosophie de la responsabilité partagée.

“Par ailleurs, le ministère étudie également d’autres options pour accroître le financement national de la santé, notamment l’augmentation des allocations gouvernementales pour la santé, la révision ciblée de la loi sur les frais de subvention de la santé, l’utilisation des fonds de la zakat et peut-être de la wakaf, ainsi que des dons.

“Tout mécanisme de contribution progressive qui sera proposé devra être durable, équitable et abordable, et protéger les citoyens contre les dépenses de santé préjudiciables.

Le Dr Zaliha répondait au Dr Zulkafperi Hanapi (PN-Tanjong Karang), qui avait exhorté le ministre de la santé à mettre en place un régime d’assurance maladie sociale, estimant que le programme de dépistage Peka B40 et le régime médical Madani (SPM) n’étaient pas viables.

Le SPM offre aux personnes à faible revenu un traitement entièrement subventionné dans les cliniques de médecine générale privées participantes, plafonné à 70 RM (15,05 USD) pour une consultation et des médicaments combinés par visite. Les prestations annuelles sont plafonnées à 75 RM (16,12 USD) pour les personnes seules, à 125 RM (26,87 USD) pour les personnes âgées et à 250 RM (53,74 USD) pour les ménages.

Le Dr Zulkafperi a déclaré que les injections de fonds de 80 millions de RM (17,20 millions d’USD) dans le Peka B40 et de 100 millions de RM (21,49 millions d’USD) dans le SPM dans le cadre du budget 2024 sont temporaires et non viables en tant que forme de financement des soins de santé.

“Ce programme médical est une bonne chose et les gens en ont bien besoin, mais les 80 à 100 millions de RM qui sont donnés ne peuvent durer qu’un temps, et cela ne répond pas du tout à l’objectif de développement durable”, a déclaré le député de Tanjong Karang, membre du Bersatu, à l’Assemblée lors du débat sur le budget 2024.

“Tanjong Karang exhorte le ministère de la santé à développer immédiatement un régime national d’assurance maladie sociale, et pas seulement une brève note dans le Livre blanc sur la santé (HWP), en tant que solution à long terme pour la couverture universelle des soins de santé, qui soit durable et capable de traiter les questions de financement des soins de santé.

En juin dernier, le Dr Zaliha a défendu le projet du gouvernement de revoir la structure tarifaire des établissements de soins publics relevant du ministère de la santé.

Le ministre de la santé a déclaré que les frais facturés dans les établissements de soins publics étaient “très minimes” en raison des subventions considérables accordées par le gouvernement, ajoutant que le ministère de la santé ne disposait pas de mécanisme permettant de percevoir des frais supplémentaires même si les patients étaient prêts à payer davantage.

Le programme de santé publique vise à rendre le financement de la santé plus durable et axé sur la valeur en augmentant les investissements dans la santé, en veillant à ce que la population bénéficie de services complets et abordables et en améliorant l’efficacité des dépenses de santé.

Selon l’examen à mi-parcours du 12e plan malaisien (12MP) présenté par le Premier ministre Anwar Ibrahim au Dewan Rakyat le 11 septembre dernier, le gouvernement envisage de réorganiser le financement des soins de santé.

Le rapport d’examen à mi-parcours a également cité le SPM comme l’un des moyens d’élargir les méthodes de financement des soins de santé.

Le Dr Kelvin Yii, député de Bandar Kuching et conseiller spécial du ministre de la santé, a récemment déclaré que le ministère de la santé étudiait actuellement différents modèles d’assurance maladie sociale, comme à Singapour, en Corée du Sud, à Taïwan et en Thaïlande.

Référence