JavaScript requis

Le site web de P4H est conçu pour fonctionner au mieux avec Javascript activé. Veuillez l'activer dans votre navigateur. Si vous avez besoin d'aide, consultez https://www.enable-javascript.com/

Les ressources nationales augmentent à mesure que les financements extérieurs sont retirés du budget - P4H Network

Les ressources nationales augmentent à mesure que les financements extérieurs sont retirés du budget

L’exécution des ressources nationales pour la santé a augmenté de manière significative ces dernières années en termes nominaux, selon le nouveau rapport sur l’exécution du budget (BER) 2018 publié en février 2019. Il s’élève désormais à 307 MUSD, alors qu’en 2017 l’exécution était de 248 M USD. Ces données se réfèrent strictement aux fonds alloués par le Trésor.

Les fonds sous gestion publique ont atteint 403 M USD en 2018, contre 364 MUSD en 2017. Ces montants comprennent les fonds qui utilisent les systèmes nationaux (on-CUT/Compte unique du Trésor), les dons en nature et l’aide au développement qui ne passe pas nécessairement par les systèmes nationaux, mais qui est inscrite et déclarée.Le financement externe a représenté 23,8 % du total des fonds gérés par le ministère de la santé. Ce pourcentage a atteint 52 % en 2013 et n’a cessé de diminuer depuis, même avec le début du GFF en 2018.

Bien que ces données montrent un niveau plus faible de dépendance vis-à-vis de l’extérieur, cette évolution est principalement due à la réduction du financement extérieur par le biais des systèmes nationaux. Le Basket Fund Pro-Saúde a atteint 120 MUSD en 2012 et ne fournit plus que 17 MUSD aujourd’hui. Les donateurs ont une nouvelle préférence pour les programmes bilatéraux, l’assistance technique et le soutien hors budget, y compris le financement vertical.

Les estimations du financement hors budget, qui n’est donc pas enregistré dans le REC, suggèrent que le financement extérieur global pourrait continuer à représenter environ 55 % du financement total du secteur de la santé, ce qui ne signifierait pas une réelle réduction de la dépendance extérieure, en particulier pour les programmes et les médicaments spécifiques à une maladie.